À la découverte des héronnières dans le delta du Mékong

tram-chimLe delta du Mékong abrite une trentaine de héronnières qui accentuent la beauté et le côté romantique des paysages. On les trouve essentiellement dans les provinces de Dông Thap, Kiên Giang, An Giang, Cân Tho, Trà Vinh, Bac Liêu et Cà Mau.

La province de Cà Mau (extrême-Sud) à elle seule recense près de 20 sites de ce genre, s’étendant sur environ 300 ha. Ces zones, qui accueillent environ 54.000 individus de 62 espèces, sont devenues des destinations de choix pour les touristes tant vietnamiens qu’étrangers. Des milliers de voyageurs s’y rendent chaque année. Celle de Ngoc Hiên est la plus réputée.

Le Parc national de Tràm Chim, district de Tam Nông, province de Dông Thap, est un modèle d’écosystème forestier en zone humide de la Plaine des Joncs (Dông Thap Muoi). Appelé Tràm Chim (les oiseaux) en raison des nombreuses espèces qui peuplent la forêt de cajeputiers (tràm), le parc occupe un dixième de la superficie totale de Dông Thap Muoi. Véritable écomusée, il recouvre plus de 7.600 ha et abrite une faune et une flore très diversifiées. Les ornithologues y ont observé 147 espèces d’oiseaux. En outre, une cinquantaine d’espèces de poissons y ont été répertoriées.

En 1998, Tràm Chim a été reconnu comme parc national. Devenu un grand pôle de tourisme écologique, il a fait la réputation du delta du Mékong. Pendant la saison sèche, de février à juillet, des échassiers s’y installent par colonies entières, offrant aux visiteurs un spectacle unique. Dans le parc, on peut glisser en barque entre les massifs de cajeputiers pour observer de près les nids, admirer hérons et aigrettes se lissant les plumes à quelques dizaines de mètres. Quand le niveau des eaux descend, les plaines redeviennent le royaume des nénuphars, des lotus et du riz sauvage.

La grue à tête rouge (Grus antigone) est l’espèce « reine » du parc. Des chercheurs de renommée internationale, comme Jeb A.Barzen (États-Unis) et Kunni Momose (Japon), ont fait de pénibles voyages jusque sur ces terres pour la photographier et l’étudier. D’une envergure de plus de 2 mètres, cet oiseau est un grand échassier de 8-11 kg inféodé aux prairies, rizières et marécages tranquilles, menacé de disparition du fait de la régression de son habitat et figurant à ce titre dans la Liste rouge des espèces animales les plus rares du globe (il en resterait entre 15.000 et 20.000 dans la nature, réparties entre l’Inde, le Cambodge, le Myanmar, le Vietnam et le Nord de l’Australie).

Les héronnières de la province de Bac Liêu s’étendent sur 250 ha et abritent une cinquantaine d’espèces. Des canaux et étangs pour retenir l’eau et élever des poissons ont été creusés afin d’en attirer davantage.

Dans le delta du Mékong, les héronnières de Ngoc Hiên (province de Cà Mau) et de la forêt d’U Minh Thuong (province de Kiên Giang) accueillent le plus grand nombre d’espèces. Chaque site abrite de 4.000 à 100.000 individus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s