La laque, une tradition du village de Cat Dang

laque de Cat Dang - VietnamLe village de Cat Dang, dans la commune de Yên Tiên, district de Y Yên, province de Nam Dinh (Nord) est célèbre depuis des siècles pour le métier de la laque.

Forts de leur dextérité, les gens de Cat Dang font briller l’art de la laque sur des objets à vocation artistique mais aussi utilitaire. Grâce à eux, l’art de la laque ancienne est conservé.

Selon les personnes âgées du village de Cat Dang, les produits laqués utilisés pour la décoration des palais de Thang Long et de Phu Thiên Truong ont été fabriqués essentiellement par des artisans du village.

Ce métier existe ici depuis le XIe siècle, lorsque les deux ancêtres du métier, Ngô Dung et Dinh Ba, deux mandarins dans la cour du roi Dinh, ont transmis ce métier aux villageois. En dépit des vicissitudes de l’histoire, l’artisanat s’est maintenu.

À côté des tableaux, ils proposent toutes sortes de produits d’usage courant laqués tels que tasses, assiettes, abat-jour… avec des designs variés, artistiques, et qui sont exportés vers l’Europe et l’Asie du Sud-Est.

Les laques de Cat Dang sont inspirées de thèmes traditionnels tels que les « quatre animaux sacrés : dragon, licorne, phénix, tortue », les « quatre plantes sacrées : abricotier, orchidée, chrysanthème, bambou », les paysages de la campagne, des monuments et beaux paysages du pays… Les lignes gracieuses montrent l’ingéniosité des artisans.

Pour créer une laque, on a besoin de patience et d’un sens esthétique, à toutes les étapes : préparation du support, mélange des couleurs, application de celles-ci, frottage à plusieurs reprises avec du papier abrasif, polissage, nettoyage avec un chiffon doux, a confié l’artisan Dinh Khac Phu.

Le bois et le bambou sont les deux principales matières utilisées pour faire le support. Le bois doit être un bon bois et le bambou doit être séché pendant plusieurs jours. La résine de laque vient de la province de Phu Tho, l’huile d’abrasin et la térébenthine de celle de Lang Son… Sur le revêtement de laque, l’artiste peut ajouter des feuilles d’or, d’argent, de la nacre, des coquilles d’escargot…

Cet artisanat se développe rapidement à Cat Dang. Pendant les temps de soudure que laissent parfois les travaux champêtres, non seulement les personnes âgées, mais aussi les jeunes pratiquent ce métier. La laque aide les villageois à avoir une vie meilleure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s