L’île de Phu Quôc, paradis terrestre à portée de main

L'ile de Phu Quoc

L’ile de Phu Quoc

L’île de Phu Quôc est baignée par un climat agréable, régulé par un régime de mousson. Son abondance de produits, ses forêts sauvages et ses belles plages résonnent comme autant d’atouts pour séduire les touristes.

À tout juste 50 minutes de vol de Hô Chi Minh-Ville et à deux heures de Hanoi, l’île de Phú Quôc (province de Kiên Giang, Sud) est également appelée l’île des perles. S’étirant sur environ 590 km² – soit l’équivalent de Singapour -, elle est la plus grande île du Vietnam. De forme triangulaire, on la compare à un poisson nageant vers le nord.

Comme les autres localités du Sud, Phu Quôc jouit d’un climat tropical, avec une saison sèche de novembre à fin mai et une saison humide (régime de mousson), de juin à novembre. Mais pas d’inquiétude outre mesure, puisqu’ici, la saison des pluies se caractérise par de courtes (mais violentes) averses de quelques minutes qui ne gâteront en rien vos vacances. Les températures vont de 27°C à 30°C durant la saison des pluies, et de 30°C à 35°C en saison sèche.

L’île-perle de l’Asie

Belle endormie nichée dans le golfe de la Thaïlande, Phu Quôc déploie ses plages immaculées pour tous ceux qui aspirent à l’indolence. Ses opulentes forêts tropicales et ses villages de pêcheurs feront le bonheur de ceux qui souhaitent se poser à la fin d’un voyage tout en restant sous le charme du Vietnam. Marchés colorés, villages de pêcheurs, jardins de poivriers et sources jaillissant de la forêt se découvrent au gré de vos escapades.

Phu Quôc c’est l’île nature, sans fard, sans artifice et encore préservée du béton qui a tant défiguré certaines îles d’Asie du Sud Est. Phu Quôc, appelée par plusieurs touristes «le paradis de l’Asie» ou «l’île-perle de l’Asie», a une configuration naturelle originale avec 99 collines et monts du Nord au Sud, abritant des vallées sauvages et de belles plages de sable blanc.

En s’enfonçant un petit peu dans les terres, l’île recèle plusieurs ruisseaux magnifiques tels que Da Ban, Tien, Ky Da, et une flore primitive avec des tapis végétaux abondants abritant pas moins de 929 espèces végétales. Dans la mer, l’on a la chance de trouver des récifs coralliens encore préservés, des espèces de poissons aussi rares que précieuses. C’est notamment sur cette île que les tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata) viennent pondre.

Nature et culture

La culture communautaire de ses habitants est riche et empreinte de l’identité autochtone étroitement liée avec les villages de métiers traditionnels, bâtis sur les fondements de plusieurs vestiges historiques. Phu Quôc est bien évidemment renommée pour ses huîtres perlières et sa saumure de poisson : le fameux nước mắm.

Phu Quôc constitue une chance unique pour ceux qui veulent découvrir des paysages vierges loin de toute faune touristique. Le parc national de Phu Quôc s’étend sur environ 70% de la superficie de l’île avec des arbres millénaires, des chutes d’eau magnifiques dissimulées au cœur de la jungle, des rivières aux eaux limpides et une vingtaine d’espèces animales classées dans le Livre Rouge du Vietnam. Vous pourrez bien évidemment vous rafraîchir dans les vasques des rivières ou vous promener à pied à l’ombre du feuillage d’arbres séculaires en entendant les cours d’eau chanter. Un lieu idéal pour l’écotourisme.

Phu Quôc, en île qui se respecte, est traditionnellement tournée vers la mer qui constitue un riche patrimoine aussi bien pour le tourisme que pour les activités de pêche. Les ressources de l’île sont toutefois assez rapides à lister. Avec environ 40.000 entrées par an, le tourisme et l’écotourisme sont la principale source de revenus de Phu Quôc. Et outre la culture du poivre noir et la pêche (calamars, anchois, crevettes), l’île a la réputation de fabriquer le meilleur nước mắm du Vietnam. Elle fabrique ainsi 6 millions de litres par an. Pour les perles de culture, les experts s’accordent à dire que la qualité de celles de Phu Quôc est parmi la meilleure de la planète. Sans omettre l’élevage des chiens, beaucoup plus anecdotique mais omniprésent. Les chiens de cette île forment une race à part, dont l’intelligence, la gentillesse et la fidélité envers leurs maîtres n’est plus à démontrer.

(Source: CVN)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s