Artisanat au Vietnam

———— L’orfèvrerie ————

Objet laque

Tableau nacre au Vietnam

Au deuxième siècle, les Vietnamiens savaient déjà se servir de l’or et de l’argent pour fabriquer des bijoux. Ces métaux se travaillent de trois façons. On peut polir les métaux, sculpter des motifs, et, faire couler les métaux pour leur donner une forme. La gravure permet aussi de mélanger l’or et l’argent sur un même bijoux.

À Hanoi, la rue Hang Bac, la rue de l’argent, se spécialise depuis longtemps dans la fabrication et la vente d’objets en or et en argent.

———- Les articles incrustés de nacre ———-

L’artisan utilise des éclats de perles et de coquilles d’huîtres pour incruster des objets de nacre. Son travail est méticuleux et se fait en plusieurs étapes. Il commence par tracer un modèle. Ensuite, il meule, scie, perce et incruste les objets de nacre avant de meuler une dernière fois et de polir.

De nos jours, cette technique est utilisée dans la fabrication de meubles. L’artisanat illustre des récits de la nature montrant des fleurs, des papillons, des bananiers, et des oiseaux sur des mobiliers. Cet art a fait monter la valeur des meubles en bois. Cette technique viendrait du village Chuon dans la province de Ha Tay.

———- La ciselure et la gravure sur pierre ———-

Les artisans fabriquent des articles de valeur à partir de blocs de marbre : bracelets, cendriers, statues de Bouddha et de jeune filles, fleurs et plantes ornementales et des animaux tels que le chat et le paon.

Au pied de Ngu Hanh Son, c’est-à-dire la montagne de marbre à Danang, les villages de Khoan Khoai et de Hoa Khe sont connus pour ce métier traditionnel.

———- Les laques poncées ———-

Les laques poncées sont fabriquées dans plusieurs pays. Le sumac, l’arbre qui fournit les laques, est cultivé dans certains d’entre eux mais seul celui planté à Phu Tho au Vietnam a le plus de valeur. Il produit une résine bien meilleure qu’ailleurs. Ainsi, les laques poncées vietnamiennes sont connues à la fois pour leur beauté et leur résistance.

Au XVIIIè siècle, les gens du district de Nam Ngu à Hanoi, se spécialisait dans cet art. Au début, les artisans n’utilisaient que quatre couleurs: noir, rouge, jaune et brun. Avec les années, la technologie a aidé à créer des produits encore plus remarquables.

Aujourd’hui, des articles tels que des tableaux, des vases, des étuis à bijoux et à cigarettes, des échiquiers et des paravents sont renommés sur les marchés domestique et international.

———- La céramique ———-

Au Vietnam, plusieurs villages tels que Tho Ha et Phu Lang dans la province de Bac Ninh et Huong Canh dans la province de Vinh Phuc font de la céramique. Bat Trang près du centre-ville de Hanoi serait le village de céramique le plus ancien du pays; selon les archives historiques, ces produits étaient connus avant le XVè siècle.

Aujourd’hui, la céramique vietnamienne vient dans tous les formats, de la petite tasse à la statue de Bouddha. Elle connaît du succès autant au Vietnam que sur le marché international.

———- La fonderie ———-

La fonderie est l’un des arts traditionnels du Vietnam. La technologie a permis de conserver plusieurs objets en bronze datant de l’époque antique.

Il y a près de 4 000 ans, les Vietnamiens faisaient fondre le bronze afin d’en faire des armes et des outils. Des statues ont aussi été conservées montrant les œuvres d’art de l’époque. Au fil du temps, les artisans ont continué à fabriquer des objets et des outils facilitant le travail de tous les jours.

Parmi les œuvres d’art vietnamiennes connues, on compte une série de tambours et d’autres reliques exposées à Huê comme les urnes du Palais impérial (1659-1684), le cong grandiose (1677) et la cloche (1710) de la pagode de Thien Mu, les Neuf canons (1803), et les Neufs urnes (1835-1837).

De nos jours, quelques villages sont réputés pour leur fonderie : Ngu Xa près de Hanoi, Phuong Duc un disrict près de Huê et Phuoc Kieu dans la province de Quang Nam.

———-La broderie et la dentelle ———-

Dans le passé, la broderie était surtout réservée aux plus riches, aux temples et aux pagodes. La technique de cet art est plutôt simple; elle compte cinq couleurs soit bleu, vert, jaune, rouge et violet.

De nos jours, en plus d’avoir une fine utilitaire, la broderie sert de décoration. Les nouvelles technologies ont contribué à la production de nouveaux articles tels que des abat-jour, des dentelles, des serviettes, des draps, des kimonos et des taies d’oreiller. Les portraits comptent parmi les œuvres les plus difficiles à réussir; l’artisan peut travailler avec près de 60 fils de différentes couleurs à la fois.

La croyance populaire veut que la broderie provienne du village de Quat Dong dans la province de Ha Tay.

———- Les articles de bambou et de rotin ———-

Le bambou et le rotin offrent un montant important de matériaux pour les artisans. Le Vietnam a présenté ses articles de bambou et de rotin pour la première fois à la Foire de Paris en 1931.

Aujourd’hui, une gamme de 200 articles sont vendus à travers le monde : vases, corbeilles, plateaux, abat-jour et assiettes à fruits… Ces articles sont légers, solides et résistent aux termites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s