Le général Vo Nguyên Giap, éminent stratège et farouche humaniste!

La vie du général Vo Nguyên Giap (1910-2013) a traversé la quasi-totalité du XXe siècle, période la plus intense et la plus douloureuse pour le peuple vietnamien. Durant sa vie révolutionnaire qui dura plus de 80 ans, le général a grandement contribué à l’œuvre révolutionnaire du Parti et du peuple.

Le general Vo Nguyen Giap

Le président Hô Chi Minh (droite) et le général Vo Nguyên Giap préparent la campagne Biên Gioi (Frontière) en 1950.

Élève éminent et proche du Président Hô Chi Minh, premier général d’armée et commandant en chef de l’Armée populaire du Vietnam, le général Vo Nguyên Giap est connu pour son génie militaire, son intégrité absolue, son dévouement pour la nation et le peuple. Ses qualités lui ont valu la confiance entière du Parti, du peuple et ont fait la fierté des officiers et soldats de l’armée, suscité l’admiration des amis internationaux, et le respect de ceux qui étaient hier ses ennemis. Une véritable légende, de son vivant, une des figures les plus représentatives du peuple vietnamien d’aujourd’hui et demain.

Dans tous les tournants historiques du Vietnam de l’après-Révolution d’août 1945 et les campagnes militaires des deux résistances nationales, le général Vo Nguyên Giap fut toujours une des personnalités de premier plan, sous la bannière du Parti et du Président Hô Chi Minh.

Stratège et commandant en chef de génie

Adhérant très tôt à la Révolution nationale, Vo Nguyên Giap s’est vu confier par le Président Hô Chi Minh et le Parti communiste vietnamien la charge d’établir et de diriger l’armée, qui ne comptait à sa création que quelques dizaines de soldats équipés d’armes rudimentaires. Sous le commandement direct du général Giap, cette armée s’est développée pas à pas, pour former des régiments, des divisions composés de soldats patriotes, courageux et audacieux capables de vaincre les ennemis les plus redoutables.

Un siècle, deux résistances nationales. Le général Giap a été à l’origine de la débâcle de l’armée française en 1954 à Diên Biên Phu. En qualité de commandant en chef, il a pris «la décision la plus difficile de ma carrière de commandant en chef», celle de changer de plan, de passer de la stratégie «attaque éclair, victoire rapide» à celle d’«attaque sûre, avancée sûre». Ce changement de cap important, soutenu par le Président Hô Chi Minh, a abouti à la victoire de Diên Biên Phu, événement fondateur de l’émergence d’un Vietnam indépendant et glas de la domination française en Indochine.

Le general Vo Nguyen Giap

Le général Vo Nguyên Giap (debout) présente au Président Hô Chi Minh et à des dirigeants du Parti et de l’État le plan de la bataille de Diên Biên Phu en 1954.

Militaire érudit, autodidacte formé à coup de lectures et d’expériences vécues, le général Vo Nguyên Giap va contraindre en 1973 les Américains à mettre fin à leur agression. Et en 1975, il met en déroute l’armée «fantoche» du Sud-Vietnam. Le pays est enfin réunifié.

Les grandes victoires de la révolution vietnamienne auxquelles le général Giap a pris part ont eu des impacts forts sur l’histoire nationale. Ces événements ont fait de lui un général légendaire, un stratège hors pair transcendant les époques, laissant une trace de génie dans l’histoire militaire nationale et même mondiale.

Un diplomate empathique, indulgent, à l’esprit vif

Intelligence vive, vigilance, courtoisie et constance, telles sont des qualités du général unanimement reconnues.

Après les contacts, négociations avec le général Giap à Hanoi et à la conférence de Dà Lat en 1946, les généraux français Leclerc, Salan, Valluyet les politiciens français Sainteny, Max André, Messmer, D’Argenlieu ont exprimé une vive impression et ont affirmé que le général vietnamien était un politicien respectable. Ils ont reconnu sa fermeté inébranlable dans la protection des intérêts de sa nation. Toutes les notions vagues, les paroles équivoques avancées par ces généraux et politiciens français lors de ces négociations ne lui ont pas échappé. Son esprit lucide, perspicace, sa rare érudition les ont impressionnés.

Le général Vo Nguyên Giap

Le général Vo Nguyên Giap (gauche) rencontre l’ancien secrétaire américain à la Défense, Robert McNamara, le 23 juin 1997 à Hanoi.

Les Américains qui ont rencontré le général vietnamien après la guerre, dont l’ancien secrétaire à la Défense des États-Unis, Robert McNamara, ont reconnu un politicien à l’esprit vif mais indulgent, à l’esprit d’indépendance et d’autonomie porté très haut

Lors d’une rencontre avec Robert McNamara, le général lui a dit : «J’ai constaté en lisant vos +Mémoires+ que vous avez tiré une conclusion essentielle de la guerre au Vietnam : On ne peut imposer la volonté d’un peuple (si fort soit-il) à un autre. La paix et l’amitié entre nations ne peuvent exister que sur le respect de l’égalité et de la souveraineté». Répondant à la question de McNamara : «Le prix de la victoire est-il égal à la victoire elle-même ?», le général a affirmé que «Pour notre peuple vietnamien, +Rien n’est plus précieux que l’indépendance et la liberté+. C’est une vérité que l’Histoire a de tous temps confirmée».

Lors d’une célébration de la Journée d’indépendance en Algérie, le général Vo Nguyên Giap a rencontré Zbigniew Brzezinski, conseiller à la sécurité nationale du président américain Jimmy Carter. Ce politologue américain lui a posé cette question: «Quelle est votre stratégie ?». Le général lui a répondu : «Notre stratégie, c’est la paix, mais une paix dans l’indépendance et la liberté».

En effet, «la paix dans l’indépendance et la liberté» est le principe politique le plus important, l’objectif de toutes les activités politiques et relations extérieures du général Giap, l’objectif qu’il a poursuivi avec ténacité durant toute sa vie, durant ses années de combat sur le front militaire.

Militant pour la liberté et le bonheur du peuple

Si le principe directeur du général Giap, en termes diplomatiques, était «la paix dans l’indépendance et la liberté», il a posé comme objectif primordial de la nation «la liberté et le bonheur du peuple».

Dès le début de l’établissement de la République démocratique du Vietnam, le général a participé à la rédaction de la première Constitution. Il a été élu député de l’Assemblée nationale dès le premier mandat et ensuite pour les mandats suivants.

Le général souhaitait que le Vietnam valorise rapidement ses potentiels pour s’intégrer dans le monde, sans perdre ni sa position ni son identité. Durant de longues années, il a proposé au Parti des mesures pour assurer la clarté du Parti, le consolider, promouvoir la démocratie en son sein, la démocratie dans le peuple et la prendre comme force motrice pour la résolution des problèmes du Parti, des fléaux de corruption et de bureaucratie.

Le général Vo Nguyên Giap

Le général Vo Nguyên Giap rencontre des députés de l’Assemblée nationale en 1975.

Tous les avis du général Giap sont partis de sa volonté de protéger les intérêts du peuple, son objectif primordial. Il a toujours fait grand cas de l’existence politique de la nation, du bonheur du peuple, a cherché à réduire toutes les différences, toutes les contradictions, fautes, erreurs nuisant à la nation et au peuple.

Vo Nguyên Giap a aussi été un homme de culture qui a écrit des centaines d’articles de presse, laissé une centaine de dissertations sur divers thèmes ainsi que des mémoires.

Talent, vertu, générosité, modestie, simplicité, telles sont les qualités du général Vo Nguyên Giap, un Vietnamien qui appartient au monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s