L’orchidée dans l’âme des Hanoïens

Depuis longtemps, la culture et la collection des orchidées sont devenues un loisir spécial des Hanoïens. Nguyên Manh Hà, Docteur en géologie, est un passionné et a grandement contribué à perpétuer l’art distingué de la floriculture dans la capitale.

Culture des orchidees au Vietnam

Culture des orchidees au Vietnam

À Hanoi, de nombreux amateurs restent fidèles à la culture de cette plante. Mieux on connaît les beautés cachées de l’orchidée, mieux on comprend l’âme des Hanoïens.

Un hobby distingué

L’orchidée est considérée comme la reine des fleurs et est aussi un emblème de l’honnête homme. Elle est l’une des quatre fleurs typiques symbolisant les quatre saisons mai, lan, cúc, trúc (fleur d’abricotier, orchidée, chrysanthème, phyllostachys – une espèce de bambou). L’orchidée est également à l’honneur lors du «banquet des fleurs» à l’occasion du Têt.

À Hanoi, la passion des fleurs et des plantes d’ornement est depuis longtemps un art. Mais la culture de l’orchidée est considérée comme le comble du raffinement.Culture des orchidees au Vietnam

Le Docteur en géologie Nguyên Manh Hà, 76 ans, est originaire de l’ancien village de Hoàng Mai (actuellement ruelle de Hoàng Mai dans la rue de Truong Dinh). Il est un des passionnés de la culture traditionnelle de cette plante, si typique de Hanoi. Il assume maintenant la vice-présidence de l’Association des passionnés d’orchidée de Hanoi. À noter que Hoàng Mai est l’un des cinq villages de Thang Long où l’on en fait pousser.

M. Hà habite dans une maison ancienne – plus d’un siècle, construite sous le règne du roi Thành Thai (1879 – 1954). Elle se trouve au 134, ruelle de Hoàng Mai. Au cœur de l’agitation de la capitale, le jardin de M. Hà est un havre de paix, un parc de plus de 200 m2 réservé exclusivement à l’orchidée. Cette dernière y pousse sous près de 70 variétés. Nguyên Manh Hà est connu sous le nom de «Docteur de l’orchidée de Hanoi» car il possède des connaissances approfondies dans ce domaine.

«Auparavant, les habitants du Nord, dont les lettrés et les personnes âgées, se passionnaient pour les orchidées sauvages poussant en pleine nature, notamment dans la forêt. Ils aimaient leur parfum et leurs couleurs délicates. Les Hanoiens n’aiment pas l’ostentation, c’est pourquoi, ils adorent la beauté raffinée, mais discrète de l’orchidée», analyse M. Manh Hà. Il explique que la plante, dans son habitat naturel, ne s’épanouit qu’une fois par an. Ceux qui arrivent à entretenir cette floraison tout au long de l’année sont des professionnels. Selon lui, durant le Têt, Nghinh Xuân Lan (nom scientifique : Rhynchostylis gigantea), Mac Lan Xuân ou Câm Tô (cymbidium sinense) et Thanh Ngoc (Christensonia vietnamica) fleurissent. Au début de l’été, c’est le tour de Giang Huong Quat ou Quê Nâu (Aerides flabellata) et du Phi Diêp (Dendrobium Chrysanthum). En été, les passionnés ont occasion d’admirer Lan Hoàng Thao Kiêu Tím (Dendrobium amabile), Quê Trang ou Quê Lan Huong (Aerides odoratum Lour).

La passion de l’orchidée est venue à Nguyên Manh Hà lors d’excursions géologiques sur les hauts plateaux du Centre et du Sud. Plusieurs fois, en cherchant des sources d’eau, il découvre des plants d’orchidée. Par la suite, il ramène régulièrement ces plants récoltés en forêt. Désormais, il a consacré son jardin à la culture de cette fleur.

Un homme attaché à la traditionCulture des orchidees au Vietnam

En 2000, le Docteur Manh Hà a fondé un club des passionnés de l’orchidée de Hanoi. Trois ans après, l’Association des passionnés de Hanoi a vu le jour. Nguyên Manh Hà a été élu au poste de vice-président pour le mandat 2010-2015. Lui et d’autres membres de l’association recherchent souvent des orchidées poussant dans la nature. D’après lui, l’orchidée élevée en serre est multicolore mais n’a pas d’odeur. Tandis que le parfum des orchidées sauvages est comparable à l’âme vertueuse d’un honnête homme. «La beauté de cette plante présente des similarités avec le caractère des habitants de Hanoi. C’est pourquoi les Hanoïens l’adorent», remarque-t-il.

Dix ans après sa fondation, l’Association des passionnés d’orchidées de Hanoi compte aujourd’hui une trentaine de membres. Ces derniers exercent différentes professions, dans les domaines sanitaire, militaire, médiatique, littéraire et éducatif. Le plus jeune a 30 ans et le plus âgé en a 86. Chacun a son propre jardin. Le jardin du vice-président Nguyên Manh Hà est le plus vaste. Deux fois par an, les membres se regroupent pour échanger leur savoir-faire et admirer les orchidées, en particulier les nouvelles espèces récemment collectées.

Nguyên Manh Hà explique : «Actuellement, peu de jeunes citadins s’intéressent à l’orchidée et en comprennent la symbolique cachée. Ils ne connaissent pas bien l’art des fleurs du Têt traditionnel». Cet homme ambitionne de remettre cette passion au goût du jour auprès de ses contemporains.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s