L’art de la cuisine vietnamienne

l'art-de-la-cuisine-vietnamienneLe repas quotidien traditionnel du Vietnam est la combinaison des 3 ingrédients : le riz- la légume- le poisson, ceux qui représente la coutume de la civilisation rizière. L’harmonisation de cette combinaison respecte la théorie de Yin et Yang de l’ingrédient d’un plat à sa recette. Le Yin et le Yang n’existent pas l’un sans l’autre, mais ils toujours existent parallèles. Toute chose et tout être sont constitués d’une partie de Yin et d’une partie de Yang, qui se trouvent normalement en équilibre. Lors que cet équilibre est perdu, la chose ou l’être est menacé. Chaque ingrédient ayant sa nature, soit Yin (viande de canard, poissons, crustacés, courgette, chou pommé etc), soit Yang (gingembre, piment, poivre, viande de chien), la préparation des plats doit donc chercher à compenser et à combiner les ingrédients. L’équilibre intérieur du corps se trouve en effet menacé si l’on ne mange que des plats de nature Yin ou de nature Yang.

Les ingrédients tous frais avec l’omniprésent de la sauce nuoc mam et les herbes aromatiques sont les clés de la séduction de cette cuisine. Les plats vietnamiens sont généralement riches en légumes. Ces derniers sont préférés croquants et savoureux, plutôt que bouillis dans l’eau et ramollis. Les légumes sont généralement sautés, assaisonnés avec de l’ail ou du gingembre.

De plus, le charme de la cuisine vietnamienne se trouve dans la diversité de l’art de cuisiner. Il se partage en trois grandes régions, qui correspondent respectivement au Nord, au Centre et au Sud. Chacune de ces régions possède ses propres plats typiques dont les goûts et saveurs varient sensiblement. Le Nord se caractérise par une cuisine plus salée que dans les deux autres parties du pays, tandis que le Centre mange plus épicé et s’inspire fortement de la culture indienne. On y trouve également énormément de fruits de mer. Le Sud préfère quant à lui les mets sucrés, avec une abondante utilisation du lait de coco.

La nourriture vietnamienne est utilisée parfois comme le médicament pour remédier les maladies causés par le dysfonctionnement de déséquilibré de Yin et Yang dans le corps comme le perilla utilisé avec la soupe de riz pour contre la grippe, le gingembre pour contre la froideur…. Le bon équilibre du Yin et du Yang maintient la vie et assure une bonne santé.

A part de l’art culinaire, les vietnamiens possèdent la façon de manger typiquement asiatique : les plats sont servis en même temps sur un grand plateau, les membres dans la famille se réunissent et choisissent le plat qu’ils veulent dans son bol de riz. Grace à cette coutume de manger, les membres dans la famille vietnamienne s’approchent et la fraternité est élevée. En prenant les repas ensemble, on pourrait non seulement gouter le délicieux des plats mais aussi se sentir l’amour des autres, se bavarder, partager les histoires, les activités quotidiennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s