La «fée vert» sur la montagne: Le lac de Pá Khoang

le-lac-de-pa-khoangVers le vestige historique de la bataille de Diên Biên Phu, le lac de Pá Khoang se présente d’une hauteur des milliers de mètres au-dessus du niveau de la mer, comme un miroir gigantesque, reflète la forêt photogène verte tout le long de l’année.

On dit que 20 ans après la victoire historique de Diên Biên Phu, quatre groupes de jeunes volontaires ont fait mouvement au Muong Phang. Une route traversant des montagnes et un travail d’irrigation ont été construits. C’est le lac de Pá Khoang, qui joue un rôle important pour la vie quotidienne et la nature de cette province.

Ce lac non seulement fournit de l’eau au champ de Muong Thanh, contribue à la création du grenier à blé du Nord-Ouest mais aussi conditionne l’air, restreint la pluie, l’inondation et retient l’eau aux centrales hydroélectriques tels que Thac Bay, Nà Loi.

De la montagne Pú Hông Mèo, contemplant avec admiration le Pá Khoang, on trouve le ciel, le nuage dans sa surface de l’eau: verte, doux et aimable.

En hiver, quand le brouillard le couvre, un paysage magnifique apparaît avec l’image floue des montages et de petites maisons. En été, le climat est vraiment agréable grâce aux vents frais. Tout crée une scène paisible, poétique, séduisant le cœur des voyages.

Prenant le contact avec des habitants locaux, les touristes peuvent choisir un canot ou un toit de bateau pour profiter de bons moments de détente en pleine nature. En accostant au bord du lac, les touristes peuvent faire de la pêche, la nation ou encore se reposer en se régalant la contemplation de ce beau site.

Les habitants à Pá Khoang sont très hospitaliers et ouverts. De dizaines villages autour d’ici sont les lieux où résident la plupart des ethnies minoritaires Thai et Kho Mu. Vivant en harmonie avec la nature, ils conservent encore les traits initiaux de leurs cultures traditionnelles.

On entend souvent dire l’hospitalité des habitants là-bas. Quand on visite chez les villages de Pá Khoang, les habitants nous accueillent convivialement en nous invitant à prendre des spécialités locales telles que le vin du manioc, le turion du bambou, la viande du buffle…

À l’occasion des fêtes, en s’associant à côté du tas de feu, les personnes âgées et même les jeunes se réunissent en écoutant la légende de la calebasse sèche concernant l’origine des ethnies frères du Vietnam, ou le récit en poème «Xông chu xôn xao» glorifiant l’amour de couple.

Au-dessus des maisons sur pilotis vibrent les sons de la flute, de la viole à deux cordes… Qui sont accompagnés de la danse Xoè. Les touristes ont l’occasion de participer à cette danse et contempler la couleur criarde des jupes de brocatelle… Considéré comme «une fée dormant dans la forêt», le lac de Pá Khoang attend encore l’attention et les investissements au niveau du tourisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s