Haut-plateau du Centre: Des Maisons longues des Êdê à préserver d’urgence

maison-longue-des-edeLes maisons longues des Êdê est doté d’une architecture originale, caractéristique de la vie, de la culture et de la croyance des Tây Nguyên, notamment ceux de Dak Lak. Néanmoins, elles se perdent peu à peu.

Aujourd’hui, Dak Lak ne compte plus que 2.608 maisons longues traditionnelles, représentant près de 30% du nombre total des demeures des Êdê. Des maisons longues disparaissent progressivement dans de nombreux villages. Particulièrement, dans les villages Kô Sir, Pan Lam, il n’en subsiste aucune.

Alors que l’urbanisation poursuit son développement, les matériaux s’épuisent à mesure. De leur côté, les villageois ont transformé leurs longues maisons de bois et de bambou en logements faits de béton et d’armatures en acier, ou en maisons de plain-pied inspirées des Kinh. Même les espaces culturels sont désormais construits en dur, en dépit de l’avis des patriarches qui estiment qu’ils perdent ainsi toute leur âme.

Dans ce contexte, les personnes âgés de ce village ont combiné des autorités locales pour la prise des mesures pour préservation ce patrimoine: ceux désirant construire une nouvelle maison ne peuvent le faire qu’à proximité de leur ancienne demeure. Objectif: ne pas la détruire. Le village d’Akô Dhông en a ainsi préservé 53 et même est devenu une destination touristique attrayante pour les visiteurs nationaux et étrangers.

Selon un dirigeant du service de la Culture, des Sports et du Tourisme de Dak Lak, si les maisons longues traditionnelles disparaissent, les us et coutumes, les rites et bien d’autres activités quotidiennes pratiquées dans ce lieu patrimonial de la communauté des Êdê s’évanouiront avec elles.

Ces demeures caractéristiques des Êdê, sur les hauts plateaux du Centre, sont des maisons sur pilotis très basses de 15 m à 100 m de long. Cette longueur varie en fonction du nombre de membres dans la famille. Mais ces bâtisses sont toujours très grandes car elles abritent plusieurs générations, selon le régime matrilinéaire de l’ethnie Êdê. Si l’une des filles de la lignée se marie, on peut même les allonger.

Pour y accéder, on emprunte généralement un petit escalier de bois, sur lequel est souvent sculpté un croissant de lune et deux seins, symboles de la mère. Les maisons longues traditionnelles sont construites avec divers matériaux: la structure est en bois taillé à la main et en bambou, et la toiture, particulièrement épaisse, est recouverte de feuilles. Elle reste toutefois capable de résister aux aléas climatiques.

À l’intérieur, le plancher, fait de bambou tressé, est surélevé à environ un mètre du sol. Quant aux arbalétriers et aux piliers, ils sont tous gravés avec divers animaux, comme l’éléphant ou la tortue. Plusieurs cloisons séparent les différentes pièces de la maison mais un couloir permet de la traverser de long en large. La première moitié de la maison, appelée Gah, est l’espace réservé au salon. C’est le lieu où l’on se réunit. On y trouve le plus souvent des tabourets, des bancs (Kpan) de 20 m de long taillés à partir de troncs d’arbres, des gongs et une cuisine. La moitié qui reste est composée de la cuisine commune et des chambres.

La maison considérée comme la plus longue du pays (100 m) se trouve tout près de la cascade Bay Nhanh, dans la zone touristique du village de Dôn, province de Dak Lak.

Une réflexion sur “Haut-plateau du Centre: Des Maisons longues des Êdê à préserver d’urgence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s