Bac Giang: Le mystère des tombeaux de mandarins

les-tombeaux-de-mandarins-en-pierreLes dynasties féodales du Vietnam ont laissé derrière elles de nombreux patrimoines architecturaux de valeur. Les tombeaux de mandarins en pierre en font partie. Dans le seul district de Hiêp Hoà, province de Bac Giang (Nord), on en recense 26, tous reconnus patrimoines culturels nationaux.

Selon les statistiques, la province de Bac Giang, à 60 km au nord-est de Hanoi, recense 46 tombeaux de mandarins en pierre. Sur ce total, 26 ont été trouvés dans le district de Hiêp Hoà, 11 dans le district de Viêt Yên et 9 dans celui de Tân Yên.

Parmi les ouvrages découverts dans le district de Hiêp Hoà datant des XVII et XVIII siècles, les tombeaux de Dinh Huong et de la lignée des Ngô se distinguent par leur singularité architecturale.

Des constructions entièrement en pierre

Le complexe des tombeaux de la lignée des Ngô a été construit à partir de 1697 dans le village de Thai Tho, commune de Thai Son. C’est ici que reposent la dépouille mortelle de Ngô Công Quê – un mandarin militaire qui s’est illustré sous le règne du roi Lê Hy Tông (1676-1705) – et sa lignée. Construit en pierres de latérite extraites de la montagne, le tombeau de Ngô Công Quê couvre environ 400 m². De forme rectangulaire, sa porte principale est orientée au Sud. Face au tombeau se trouve un étang lui aussi rectangulaire, et dont les quatre côtés étaient entourés jadis de murs en latérite.

L’entrée principale menant au mausolée est une voûte au pied de laquelle deux chiens en pierres montent la garde de chaque côté. Devant le tombeau principal se dressent deux rangées de statues de soldats en pierre, à l’attitude martiale. Dans l’enceinte même trônent deux éléphants en pierre agenouillés avec leur trompe enroulée. On peut également distinguer un duo de chevaux, de lionceaux et de crocodiles finement détaillés. Ces superbes sculptures sont caractéristiques de l’art architectural de la dynastie Lê postérieure.

L’art sculptural original

Le complexe de tombeaux de Dinh Huong, dans le village du même nom, commune de Duc Thang, se trouve à environ 1,5 km au Sud-Ouest du tombeau des Ngô. Bâti en pierres vertes, cet ouvrage daterait de l’année 1729 selon les documents historiques, sous le règne du roi Lê Trung Hung (1533-1788). C’est ici que repose La Doan Truc (1688-1749), un mandarin de la Marine de guerre.

Cet ensemble architectural, perché sur une petite colline, couvre 300 m². Le site comporte trois parties principales : les tombeaux au centre, la partie destinée au culte à gauche, les cercueils à droite. On y trouve des statues d’hommes et d’animaux de grande taille, minutieusement sculptées dans la pierre verte. Dans le tombeau, deux statues de mandarins militaires se dressent, avec leurs chevaux face-à-face. De véritables chefs-d’œuvre de l’art sculptural sur pierre de nos ancêtres.

Une grande cour dallée de briques fait face à la sépulture, dans laquelle une paire d’éléphants au regard doux se tient en position agenouillée, ainsi que deux lionceaux assis, face orientée vers le ciel. Le corps des lionceaux est revêtu d’écailles de dragon. Leur longue crinière fourmille de détails. Au fond de la cour, sur les deux côtés du tombeau principal, se tiennent deux statues de femmes mandarins époustouflantes de réalisme. Les historiens sont unanimes : il s’agit de l’un des tombeaux en pierre les plus monumentaux et somptueux de la province de Bac Giang.

Source: CVN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s