Le sinh ca des San Chi

chant-sinh-caDirectement inspiré de la vie quotidienne, le sinh ca, qui est un chant alterné, occupe une place particulière dans la vie culturelle des San Chi, lesquels sont décidement d’incorrigibles romantiques…

Au cours des siècles, les San Chi se sont constitué un véritable trésor de légendes, de poèmes, de proverbes, et de chants folkloriques, dont ce fameux sinh ca qui est aux San Chi ce que le quan ho est aux Kinh ou le sluon aux Tày et aux Nung.

Au lieu de parler, les San Chi entonnent des mélopées langoureuses pour exprimer leurs sentiments les plus profonds. Musiciens-nés, ils chantent n’importe quand et n’importe où, a cappella, sans aucun besoin d’accompagnement instrumental. Ils se croisent sur les digues qui séparent les rizières? Qu’à cela ne tienne, ils chantent. Ce n’est jamais qu’une manière comme une autre de se saluer, après tout. Le chant n’est-il pas le plus court chemin reliant des inconnus, nous dit Lam Ho, un San Chi de Mong Cai.

« Ce sont nos parents qui nous apprennent tous ces chants. Tous les gens de mon âge savent chanter. Il suffit de connaître par coeur les paroles et les mélodies. Après, c’est le coeur qui parle ! »

Un concour de sinh ca commence à sept heures du soir pour ne finir qu’à l’aube, le lendemain, et ainsi de suite pendant cinq jours au moins, voire une bonne semaine. Etonnant, non? Les jeunes hommes et les jeunes femmes, tous célibataires, se divisent en deux groupes. Chacun de ces groupes désigne ensuite son champion, celui qui connaît le mieux le répertoire. Et ensuite, place à la musique. Règle numéro un : ne jamais répéter un chant déjà entendu, même au cours de la nuit précédente. Règle numéro deux : seuls les gens n’appartenant pas à une même famille peuvent concourir. Il faut dire que le sinh ca peut servir à constituer des couples. D’aucuns prétendent même que c’est sa principale fonction, pour ne pas dire son principal intérêt. Hau Thanh Tinh, un autre San Chi :

« Lors des festivités, les jeunes font connaissance grâce au sinh ca. C’est vrai, ce qu’on dit : le chant, c’est le chemin le plus court pour relier deux inconnus ! » ,

Eh oui ! Le sinh ca est d’ailleurs incontournable pour les mariages. C’est le chant des jeunes couples par excellence.

Source: VOV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s