La pagode Phât tô à Cà Mau

pagode-phat-toSituée dans le quartier 4, ville de Cà Mau, la pagode Phât tô a été construite en 1840. Cet ouvrage religieux est le foyer le plus ancien du bouddhisme à Cà Mau. Elle a été nommée Phât Tô (fondateur du Bouddhisme) par respect envers Thich Tri Tâm, le Vénérable fondateur de la pagode.

Dans les années 1840, Cà Mau était une terre couverte de roseaux. Selon la légende, en allant chercher du bois en forêt, le jeune Tô Quang Xuân trouva un livre sur le bouddhisme placé au pied d’un arbre séculaire. Il construisit un pagodon pour se faire religieux et donner des traitements médicaux à la population vivant le long du canal Quan Lô. Tô Quang Xuân put apprivoiser les animaux sauvages en psalmodiant des enseignements lits dans le livre. Les gens vinrent en masse pour se faire soigner et pratiquer le Dharma.

Plus tard, grâce à leurs dons, Tô Quang Xuân fit construire une pagode à toit de feuilles. Voyant cela, Dô Van Viên, notable de la région, fut jaloux et l’accusa d’être un moine fourbe. Il fut arrêté et mis en résidence surveillée à Saigon.
Mais la vertu de Tô Quang Xuân conquit le respect des hauts mandarins. Lorsqu’il fut conduit à Huê, il fut ordonné bonze responsable de la pagode Kim Chuong. Les moines soumirent une demande au roi Nguyên (en 1842) et le roi accorda à sa pagode le titre de «4e Anciennne pagode Quan Yin».

Il mourut dans la pagode Kim Chuong. Il fut nommé Vénérable avec nom de baptême Thich Tri Tâm. Sa dépouille mortelle fut renvoyée dans son pays natal, à Cà Mau. Par respect envers ce moine, la pagode fut appelée « Phât Tô » par les gens de la région.

La pagode a une grande valeur artistique. Restaurée en 1937, elle a gardé son architecture ancienne.

Le toit, aux tuiles yin-yang, imite la forme du toit de la maison commune du delta du Mékong. Sur la façade principale sont écrits les mots: «Ancienne Pagode Quan Yin». Les portes principales sont décorées de motifs Tho (Longévité).

Vue de l’extérieur, l’enceinte de la pagode est assez vaste, avec un espace harmonieux. La statue Guan Yin, debout sur un lotus, regarde vers Rach Chùa.

Le sanctuaire principal a deux rangées de 3 piliers de ciment. Sur l’autel principal trônent de nombreuses statues de Bouddhas et bodhisattvas.

La pagode conserve aussi de nombreux objets précieux comme statues et plaques en bois, jarres, cloches, sentences parallèles, décrets royaux …

L’autel du Patriarche Thich Tri Tâm a été placé dans un piédestal en ciment de 1,47m de haut et 1,52m de large. On remarque deux sentences parallèles des deux côtés, que l’on pourrait traduire par: «Un mot qui sillonne capable de calmer le monde entier/ Garder la paix à jamais dans l’œuvre de la pratique spirituelle.»

Sous l’autel du Vénérable Thich Tri Tâm, une stèle a été érigée lors de la restauration de la pagode en 1937, avec des inscriptions en caractères chinois plaqués or provenant d’un décret royal du roi Thiêu Tri. L’autel est flanqué d’une paire de sentences parallèles en troncs de cocotier de 4m de long.

Aujourd’hui, la pagode Phât Tô est toujours un haut lieu du bouddhisme dans la province de Cà Mau.

Source: VNP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s