Le rituel hâu dông en quête de reconnaissance

chau-van-tu-phu

Une scène de la pièce Châu van Tu Phu.

Le programme «Châu van Tu Phu», premier événement culturel organisé par le Comité national de l’UNESCO en 2016, a contribué à faire connaître le culte de la Déesse-Mère, notamment au public étranger.

Récemment, un programme artistique intitulé «Châu van Tu Phu» s’est tenu au théâtre Công nhân (Ouvrier), à Hanoi. Le chant châu van est un art religieux joué pour invoquer les esprits durant le rituel hâu dông (médiumnité). Ce dernier relève du culte de la Déesse-Mère. Le programme a pu compter sur la présence de près de 500 spectateurs, dont des ambassadeurs étrangers. À la fin de la représentation, le public était charmé et conquis . Katherine Müller-Marin, représentante en chef de l’UNESCO au Vietnam, a même confié qu’il s’agissait d’un cadeau superbe avant son départ.

Ambition d’une reconnaissance

Le metteur en scène Viêt Tu, directeur du théâtre Viêt, est à l’origine de ce programme. Il a commencé à travailler sur le hâu dông il y a trois ans. Depuis six mois, des spectacles de hâu dông, exécutés par des membres de sa troupe de théâtre, ont été régulièrement organisés, six fois par mois. Avant le Têt traditionnel, Viêt Tu a rencontré Pham Sanh Châu, secrétaire général du Comité national de l’UNESCO. Ils ont décidé de s’associer pour organiser le programme «Châu van Tu Phu», avec pour objectif de valoriser le culte de la Déesse-Mère auprès des amis internationaux.

Le 28 mars 2015, le Vietnam a soumis à l’UNESCO le dossier sur le culte de la Déesse-Mère, avec l’espoir d’une inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. En juin 2016, des experts de l’UNESCO examineront ce dossier. En décembre, ils soumettront leurs opinions au Comité du patrimoine mondial. Selon Pham Sanh Châu, ce culte a des chances de convaincre ces spécialistes de la culture.

Il s’ajoute en plus : «Le programme « Châu van Tu Phu » a été bien apprécié par les ambassadeurs étrangers présents. Après cet événement culturel, nous inviterons des délégations diplomatique aux vrais rituels hâu dông, dans des temples, notamment dans la province de Nam Dinh (Nord), berceau du culte de la Déesse-Mère».

Pourtant, des défis subsistent : un dossier soumis à l’UNESCO ne doit compter que quelques milliers de mots, une difficile contrainte pour expliquer toute la beauté de ce rituel. De plus, certains jugent ce culte comme de la simple superstition, ce qu’il n’est pas, bien évidemment.

Source: CVN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s