L’incontournable bleu indigo des costumes Nung

coustumes-nungDès leur plus tendre âge, les filles Nung apprennent à cultiver le cotonnier, à tirer des fils, à tisser et à broder. Estimant qu’il y va de leur avenir conjugal, leurs mères et leurs grand-mères veillent à ce qu’elles maîtrisent parfaitement ces techniques traditionnelles.

L’habileté et la débrouillardise étant deux des plus grandes qualités requises pour une femme Nung, celle-ci apporte toujours chez son mari la literie qu’elle a confectionnée elle-même. C’est elle qui aura brodé tous les motifs décoratifs sur du tissu indigo, la couleur traditionnelle des Nung. Nong Thi Hoa est une Nung de Lang Son :

«Autrefois, les femmes Nung s’occupaient de la culture du cotonnier, du séchage, du filage et du tissage. Maintenant, dans les marchés, on vend déjà beaucoup de fils, alors on les achète tels quels pour le tissage. Mais la fabrication d’un tissu de couleur indigo prend beaucoup de temps et d’efforts.»

Les Nung des montagnes du Nord teignent leur tissu avec des feuilles d’indigotier. Si chaque sous-groupe Nung a une manière qui lui est propre de confectionner et de décorer ses costumes, leurs procédés de teinture sont les mêmes. Ils plongent des feuilles d’indigotier dans un bassin d’eau mélangée avec de la chaux et des noix de pêche broyées pour obtenir une solution de couleur bleue foncée très puissante. Après avoir été tissé sur un métier en bois, le tissu sera immergé dans cette solution.

La confection et la broderie sont aussi un travail minutieux et sophistiqué. Beaucoup de femmes Nung n’ont pas besoin de cadres ni de cercles à broder. Comme motifs, elles affectionnent particulièrement les feuilles et le soleil. Mais plus que les broderies, ce sont les boutons qui exigent le plus de travail. Il faut au moins trois jours pour les confectionner. Dao Thi Tuyen, peintre mais surtout collectionneuse de costumes de minorités ethniques, apprécie beaucoup ceux des Nung :

«Depuis toujours, le tissu indigo fait le charme des femmes Nung. Les motifs décoratifs multicolores qui sont habilement brodés sur ce tissu insufflent une âme à chacun des vêtements.»

Modernisation oblige, la majorité des jeunes préfèrent aujourd’hui les habits à l’occidentale. Face au risque de disparition des techniques traditionnelles, les Nung de Lang Son qui restent attachés aux valeurs ancestrales ont créé des clubs et des ateliers de tissage et de confection. Leurs produits sont essentiellement vendus aux touristes. Finalement, les plus intelligents sont ceux qui savent s’enrichir tout en préservant leur identité culturelle.

Source: VOV5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s