Quelques tabous à prévoir pour un périple en régions ethniques du Nord Vietnam

A la rencontre avec des populations d’ethnies montagneuses du Nord-Ouest du Vietnam, vous trouverez qu’ils sont aussi ouverts que hospitaliers. Il nous revient toutefois de connaitre des tabous inscrits dans leur us et coutumes afin d’éviter des mauvaises surprises et profiter au mieux du voyage.

gap-nguoi-dan-toc

Costume

A votre visite, ce n’est pas conseillé de porter des habillements en linge tout blanc. Il s’agit pour eux de la couleur des funérailles qui risque de conduire aux malchances.

Visite du village

Chez les Ha Nhi, n’avancez plus lorsqu’on se voit devant une entrée provisoire avec un couteau ou une épée de bois, un bec et des ailes de poule suspendus en dessus, car c’est le signe d’une cérémonie de chasse des esprits maléfiques.

nghi-le-dan-toc

De même chez les Tay, Thai, Giay, Lao, Xa Pho, au jour de déroulement des cultes, les habitants affichent normalement sur une colonne un faisceau de feuilles vertes. Si non ils fabriquent des claies pour y lier la mâchoire soit de cochon soit de buffle et de bœuf afin d’exclure des rencontres inattendues. Au cas où vous s’y rendriez par hasard, c’est inopportun de porter avec soi des affaires tels qu’un sac, un chapeau, ou un parapluie…comme ceci donne lieu à une indemnité équivalant à des offrandes pour récompenser un autre culte de remplacement. Par contre, pour en espérer une exonération ou une réduction, il vous suffit d’enlever vos affaires.

Siffloter en cours de balade dans le village est aussi indésirable, vu qu’au regard de leur croyance religieuse, cet acte doit attirer les fantômes ou diables.

Salutation

Il est souhaitable d’adopter une attitude sincère en salutation. Avant de partir, un « au revoir » n’est pas obligatoire, tandis qu’un sourire est toujours indispensable à ne pas donc oublier.

Ne touchez pas la tête des enfants des familles des Mong ou Dao. En fait, elles croient que c’est là se niche l’âme qui doit s’écarter de la touche des étrangers. Au cas contraire, l’âme une fois effrayée par ce geste pourrait s’en aller, d’où les causes des éventuelles maladies de l’enfant.

Pour designer les habitants locaux, c’est mieux réfléchi d’utiliser des termes « Mong » et « Dao » respectivement au lieu des « Meo » et « Man » qui s’avèrent plutôt péjoratifs.

Chez la population locale

Dans certaines populations dont les Ha Nhi, traditionnellement, la maison dispose de deux portes. Si la première est toujours accessible pour les hôtes, la deuxième nécessite quant à elle  une autorisation préalable du propriétaire.

nghi-le-dan-toc-jpg-ban-tho

Un lieu doté de la première importance d’une  famille est l’autel consacré aux ancêtres qui se situe normalement au milieu ou d’un des bouts de la maison. Ses décorations varient certes d’une ethnie à l’autre, les locaux ont pour commun la même conscience selon laquelle, la position de culte ancestrale reste la plus sacrée. Il est prohibé aux hôtes de toucher les meubles de culte, de mettre à côté de cet endroit ses affaires personnelles comme le chapeau ou autres. Pour s’assoir, soyez attentif de manière à ne pas tourner le dos à l’autel.

Un autre coin à bien envisager, le lieur de cuisine. Chez eux, cet endroit sert à un double besoin, une cuisine à vrai dire et en parallèle un salon pour accueillir les hôtes.  La cuisine joue par ailleurs un rôle majeur en occupant une position sacrée de culte au roi de cuisine –  génie du feu. Veuillez ne pas y piétiner, ni déplacer la pierre sise au-dessus du four, car c’est là où abrite le génie.

nghi-le-dan-toc-jpg-ban-tho-bep

La porte et la colonne principale de la salle requièrent autant d’attention puisqu’elles représentent le lieu de culte dédié aux génies respectifs. Évitez donc de s’assoir sur le seuil de porte, de suspendre votre chapeau sur cette colonne ou de s’y appuyer.

Devant un matelas, ne vous asseyez pas sans invitation de l’hôtesse qui le réserve soit aux personnes supérieure de l’ordre hiérarchique, soit aux invités privilégiés selon la coutume.

Repas

nghi-le-dan-toc-an-uong-2

Si vous êtes invité à partager un repas avec eux, évitez de choisir une place au même rang que le doyen de la famille. Il vaut mieux de suivre l’arrangement suggérée par le propriétaire. Pensez tout d’abord à inviter tout le monde et essayez d’attendre commencer à régaler par l’hôtesse avant de prendre les baguettes. En fin du repas, ne renversez pas le bol sur le plateau car seuls les maîtres de rituels ont le droit de le faire.

Lors d’une conversation familiale autour d’une boisson rituelle d’alcool à siroter avec un chalumeau de bambou, montrer du doigt en parlant est un autre tabou qui signifie pour les Mong soit le mécontentement soit le non respect vis-à-vis du partenaire.

Hébergement

Veillez aussi à observer les positions proposées aux invités et à ne pas mettre les pieds en direction de l’autel. Pour y ajouter, dans quelques régions comme chez les Mong, Dao, Thai, on se préserve des moustiquaires blanches en maison.

Se lever trop tard avec une couverture en mauvaise direction sont d’autres choses à s’en garder lors de votre hébergement local.

Synthèse & Traduction

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s