11 patrimoines culturels immatériels du Vietnam reconnus par l’UNESCO

Son histoire millénaire donne naissance à une immense ressource du trésor culturel vietnamien aussi riche que varié avec 11 patrimoines culturels immatériels reconnus par l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO). Voice la liste exhautive:

1. La Nha nhac – musique de la Cour de Huê

La Nha Nhac, reconnue par l'UNESCO en 2003

La Nha Nhac, reconnue par l’UNESCO en 2003

La Nha nhac, musique de la cour de Huê, est considérée comme la musique de la dynastie des Nguyên (1802 – 1945). La Nha nhac était jouée lors des cérémonies importantes de la cour, comme les rituels Nam Giao, Xa Tac, la cérémonie du couronnement, les félicitations pour la longévité du roi et les cérémonies de réception des ambassadeurs. Le 7 novembre 2003, la musique de la cour de Huê a été reconnue par l’UNESCO comme patrimoine immatériel et oral de l’humanité.

2. L’espace de la culture de gong de Tây Nguyên

L’espace de la culture de gong de Tây Nguyên, reconnu en 2005 par l'Unesco

L’espace de la culture de gong de Tây Nguyên, reconnu  en 2005 par l’Unesco

L’espace de la culture de gong de Tây Nguyên (Hauts plateaux du Centre) a été reconnu depuis 2005 comme patrimoine culturel immatériel et oral de l’humanité par l’UNESCO. Il s’agit du 2e du genre au Vietnam à avoir été reconnu par cette organisation onusienne, après le nha nhac.

L’espace culturel des gongs du Tây Nguyên inclut plusieurs éléments: les gongs eux-mêmes, les récitals, les joueurs, les festivals et les lieux où ils sont organisés.

3. Les chants populaires « quan ho » de Bac Ninh

Les chants "quan ho" Bac Ninh, reconnus depuis 2009

Les chants « quan ho » Bac Ninh, reconnus depuis 2009

Les chants populaires « quan ho », nés dans les provinces de Bac Ninh et Bac Giang (au Nord du Vietnam). Ces chants sont interprétés selon un rite bien établi: deux femmes d’un village chantant à l’unisson interprètent un couplet auquel deux hommes d’un autre village répondent avec des mélodies similaires mais des paroles différentes. Leurs chansons parlent pour la plupart d’amour, de l’amour du pays, de l’amitié… Les airs de « quan ho » respectent scrupuleusement la « musique à 5 tons » exprimant richesse, diversité et talent des artistes populaires.

Les chants populaires « quan ho » de Bac Ninh ont été reconnus depuis 2009 comme Patrimoine culturel immatériel par l’UNESCO.

4. Le « ca trù » (chants des courtisanes)

Le "ca trù", inscrit en 2009 par l'Unesco

Le « ca trù », inscrit en 2009 par l’Unesco

Le « ca trù » est une forme complexe de poésie chantée que l’on trouve dans le Nord du Vietnam et qui utilise des paroles écrites selon des formes poétiques vietnamiennes traditionnelles. Le « ca trù » a été inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente.

5. La Fête de Giong

La Fête de Giong, reconnue par l'Unesco en 2010.

La Fête de Giong, reconnue par l’Unesco en 2010.

La Fête de Giong est organisée annuellement dans plusieurs localités de Hanoi afin d’honorer le héros mythique Thanh Giong, dieu et saint, qui aurait défendu le pays contre les ennemis étrangers.

Le héros mythique Thanh Giong est considéré comme l’un des « quatre immortels » ou « quatre génies » (Saint Tan Viên, Saint Giong, Saint Chu Dông Tu et Saint Liêu Hanh) adorés depuis des lustres par les habitants du delta du fleuve Rouge.

La Fête de Giong aux temples de Phu Dông et de Soc a été officiellement reconnue en tant que patrimoine mondial, culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2010.

6. Le chant de « xoan »

Le chant de "xoan", reconnu par l'Unesco en 2011

Le chant de « xoan », reconnu par l’Unesco en 2011

Le chant de « xoan » littéralement « le chant printanier », est un art vocal qui se pratique depuis des siècles dans la province de Phu Tho (au Nord). Il est à la base un rituel d’adoration des génies. Il comprend divers éléments que sont la musique, le chant et la danse. Il est généralement interprété dans les maisons communales et au début du printemps. Il existe trois formes de chant « xoan »: le chant d’adoration des rois Hùng et des esprits gardiens du village, le chant rituel pour solliciter d’abondantes récoltes, une bonne santé et de la chance, ainsi que le chant des fêtes villageoises où se répondent hommes et femmes.

Lors de la 6e réunion du Comité intergouvernemental pour la conservation du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, tenue le 24 décembre 2011 à Bali, en Indonésie, le chant « xoan » de Phu Tho a été officiellement reconnu comme « patrimoine culturel immatériel de l’humanité nécessitant une protection urgente ».

7. Le culte des Rois de Hùng

Le culte des Rois de Hùng

Le culte des Rois de Hùng a été inscrit en 2012 par l’Unesco

Le culte des Rois Hùng, fondateurs de la nation, est une expression forte de la conscience nationale et du respect éternel du peuple vietnamien envers ses ancêtres.

Chaque année, des millions de pèlerins se rendent au temple des rois Hùng, sur le mont Nghia Linh, dans la province de Phu Tho (au Nord) pour y commémorer leurs ancêtres. La tradition reflète la solidarité spirituelle et donne une occasion de reconnaître les origines nationales et les sources de l’identité culturelle et morale vietnamienne.

Le culte des Rois de Hùng a été inscrit en 2012 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

8. Le « don ca tài tu »

le "don ca tài tu"

le « don ca tài tu », reconnu par l’Unesco en 2013

L’art musical aux racines à la fois érudites et populaires, le « don ca tai tu », est un élément indispensable de l’activité spirituelle et du patrimoine culturel de la population du Sud Viet Nam.

Interprété à l’occasion de nombreux événements, tels que des festivals, des célébrations et des rituels d’anniversaires de décès, il est profondément lié à d’autres coutumes et pratiques culturelles, aux traditions orales et au travail artisanal.

Les interprètes expriment des émotions et des sentiments en improvisant, en ornementant et en faisant des variations sur la structure mélodique et les principaux motifs rythmiques des morceaux.

Le « don ca tai tu » est interprété sur une grande variété d’instruments différents, dont le luth en forme de lune, le violon à deux cordes, la cithare à seize cordes, le luth en forme de poire, l’instrument à percussion, le monocorde et la flûte en bambou. Son répertoire est basé sur 20 chansons principales et 72 chansons classiques.

L’UNESCO a décidé en 2013 de classer le « don ca tài tu » du Vietnam dans la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

9. Les chants populaires « vi et giam »

Les chants "vi et giam", reconnus en 2014 par l'Unesco

Les chants « vi et giam », reconnus en 2014 par l’Unesco

Les chants populaires « vi et giam » ont été reconnus patrimoine culturel immatériel de l’Humanité le 27 novembre en 2014 par l’UNESCO) lors de la 9e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, au siège de l’organisation situé à Paris.

Ils sont une forme musicale populaire chantée dans une grande diversité de communautés vietnamiennes des provinces de Nghê An et Hà Tinh dans la partie septentrionale du Centre du Vietnam. Ils reflètent leur identité culturelle, se transmettent de génération en génération, et sont promus dans la vie quotidienne. Les chants « vi et giam » sont un mode de partage, d’échange et de dialogue.

10. Le jeu de tir à la corde

Les rituels et jeux de tir à la corde, reconnus en 2015 par l'Unesco

Les rituels et jeux de tir à la corde, reconnus en 2015 par l’Unesco

Les rituels et jeux de tir à la corde au Vietnam ont été inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, lors de la 10e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, qui a eu lieu du 30 novembre au 4 décembre à Windhoek, en Namibie.

Au Vietnam, le tir à la corde est pratiqué par de nombreuses ethnies. La corde peut toutefois être remplacée par un bâton. Et dans certains cas, il n’y a pas de corde du tout. Les joueurs se tirent par les mains. Mais quelle que soit sa forme, le tir à la corde exprime la force de l’union.

11. Les pratiques liées à la croyance Viêt en les Déesses-Mères des Trois mondes

La culte des Déesses Mères

La culte des Déesses Mères , reconnue en 2016 par l’Unesco

Le 1er décembre 2016, la pratique traditionnelle du Vietnam «Tho Mâu Tam Phu» (culte des Déesses Mères) a été reconnue par l’UNESCO Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. C’est une croyance purement vietnamienne d’adoration des divinités féminines, les mères de la nature, à travers l’image de «Thanh Mâu», une divinité suprême ayant le pouvoir de créer, de gérer et d’assister les gens de ce bas-monde.

>> Voir plus sur Le rituel hau dong, entre art et croyance ou

>> Cérémonie Hau dong en vidéo:

Synthèse de VNA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s