Un peu d’agrotourisme à Môc Châu

Situé dans la province montagneuse septentrionale de Son La, le plateau de Môc Châu est un site touristique national particulièrement apprécié, en raison notamment de son climat frais, de son air pur et de son agriculture en pleine expansion. Mais il n’y a pas que l’agriculture qui soit en pleine expansion à Môc Châu, il y a aussi l’agrotourisme.

agrotourisme

Alors, tout d’abord, je vous entends déjà, vous allez me demander « mais qu’est-ce que c’est que ça, l’agrotourisme ? ». Eh bien, c’est une forme de tourisme dont l’objet est la découverte des savoir-faire agricoles. Wikipédia dixit !…

Bien, ces choses étant précisées, reprenons les choses à leur point de départ, c’est-à-dire à Hanoï. Aujourd’hui, les élèves de l’école primaire Dang Tran Con et du collège Pascal-Tu Liem se rendent dans le hameau d’Áng, sur le plateau de Môc Châu, pour se mettre au vert toute une journée durant. Mais attention, pas question pour eux de se la couler douce ! Il s’agit au contraire, pour tous ces jeunes citadins adeptes des jeux vidéo et de la télévision, de se mettre dans la peau d’un campagnard.

A eux les joies de l’agriculture, et plus précisément de la fruiticulture puisque ce qui les attend, ce sont des avocats, des fruits de la passion, des longanes ou des mangues qu’il va falloir apprendre à cultiver.  Un peu anxieux, nos jeunes apprentis agriculteurs ? Que nenni ! Ça piaille, ça rit, ça crie… Ils ont la pêche, quoi !

«C’est la première fois que je fais quelque chose comme ça», nous dit Hà Thị Thúy, collégienne de son état. «Moi, je trouve que c’est formidable de pouvoir aller cueillir des grenadilles pour en extraire le jus».

Eh oui, tu as bien raison ! Et puis, soit dit entre nous, c’est quand même plus sympa qu’un cours de maths… Cela étant, les adultes aussi, semblent y trouver leur compte.

«Cette grande ferme est pour ma famille comme une « oasis merveilleuse», nous explique Ân Thị Nhi. «On retrousse les manches et voilà, on est en train de récolter des haricots dans un environnement pur et frais… Pour mes enfants, c’est super : ils apprennent plein de choses… Si on va y revenir ? Bien sûr ! Quelle question…»

Les propriétaires de ces « oasis merveilleuses » sont d’origine Thaï, une ethnie qui est réputée pour son habileté artisanale. Les femmes Thaï, notamment, sont d’excellentes tisseuses, et puisque l’occasion s’en présente, elles sont ravies de transmettre un peu de leur savoir. Et pour le coup, on passé de l’agrotourisme au tourisme artisanal, mais comme les deux font bon ménage…

«Moi, ce que je préfère, c’est le tissage», nous confie Yến Nhi, une élève du primaire. «C’est vrai qu’il faut beaucoup d’habileté mais je trouve que je m’en sors plutôt pas mal ! Et tu sais quoi ? Mes parents, ils m’ont promis de m’emmener ici une fois par mois si je continue à avoir des bonnes notes !»

Eh bien, ils ont raison, tes parents, c’est quand même autre chose que « tu auras un téléphone portable si tu as des bonnes notes » !… Beaucoup plus sain, en tout cas.

Un peu plus loin, un groupe de collégien est en train de confectionner du « xôi ngu sac », littéralement du « riz gluant cuit à la vapeur aux cinq couleurs », qui est une des spécialités culinaire de certaines ethnies minoritaires du nord-ouest du pays. Visiblement, l’étape de la teinture les a laissé tous bouche bée, à commencer par Hương Giang…

«Ce sont les essences de différentes sortes de feuilles bouillies qui donnent ces couleurs au riz gluant», nous explique-t-elle. «Incroyable ! Aujourd’hui, j’ai pu aussi apprendre à tisser des brocatelles  et en fait j’ai vraiment découvert une culture, la culture Thaï».

En 2016, la coopérative de Môc Châu a ainsi accueilli un bon millier de visiteurs. Mais elle compte bien faire mieux cette année,  grâce à un projet de coopération ambitieux lancé avec des agences de voyages. C’est en tout cas ce que m’a indiqué Viết Chữ, le directeur adjoint de la coopérative, visiblement satisfait.

«Grâce au tourisme rural, mes conditions de vie s’améliorent», nous dit-il.  «Il y a l’aspect agriculture, bien sûr, mais aussi l’aspect culture ethnique, ce qui permet de diversifier l’offre».

Au coucher du soleil, la journée s’achève au son du «khèn», qui est une sorte d’orgue à bouche auquel s’essaient les parents accompagnateurs. Leurs enfants, eux, sont assis autour du feu, manifestement comblés par cette virée campagnarde qui leur aura réellement ouvert de nouveaux horizons, au sens propre comme au sens figuré.

Source: Vietnamtourism

>> N’hésitez pas de préparer un circuit au Vietnam pour découvrir les paysages magnifiques de Môc Châu et d’autres provinces!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s